lundi 22 septembre 2014

Formation Scrum chez Valtech - Retour d'expérience Journée 1

Après quatre ans d'attente, la voici, la fameuse "formation Scrum" !

Dispensée par Valtech, c'est en ce beau lundi 22 septembre 2014 que j'ai pu assister à la première journée d'une formation de trois jours sur la méthode éponyme "Scrum".

Parmi les points positifs, je retiens de cette première journée :
  • un support de cours assez complet et intéressant ;
  • le "serious game" apprendre la méthode Scrum en jouant aux Lego :)
  • des locaux agréables et un accueil chaleureux (machine à café gratuite et viennoiseries à volonté) ;
Malheureusement, je dois reconnaître être un peu déçu de cette première journée car si le formateur a présenté les promesses de la méthode, cette première journée m'a laissé sur la faim car (et je ne suis pas le seul visiblement) très peu de réponses ont en effet été clairement fournies quant aux problèmes que "Scrum" est censée adresser. Peut-être aussi que mes attentes sont trop importantes ?

Par exemple, à la fin de cette première journée, ni les concepts de "Backlog", "User Story", "Epic" et encore moins les "Stand-Up Meeting" n'ont été abordés, ni même présentés ! Du coup, je m'interroge quant au contenu des deux autres journées qui j'espère seront plus "fournies" que la première.

Pour finir, je dois vous partager un élément m'a gêné dans la présentation de la méthode à savoir que "Scrum" permettrait un "rythme soutenu" contrairement à la méthode en V. Certes, mais je préfère parler de "rythme durable" (ok, on est là pour bosser et atteindre une certaine vélocité à condition que cette vélocité reste "raisonnable") car j'ai l'impression que là-aussi le marketing est passé par-là et que son effet a été de faire croire "qu'avec Scrum, on développe plus vite et mieux !". Je ne pense pas en savoir plus que le formateur, et peut-être ai-je mal compris la méthode mais c'est à mon avis une erreur que de penser cela ! Quand on parle de rythme soutenu, cela laisse sous-entendre que la charge de travail demandée peut être plus importante avec le risque par conséquent d'avoir besoin, pour les membres de l'équipe, de disposer de longues périodes de transitions pour recharger les batteries "entre deux itérations difficiles". Pour l'avoir vécu en  2012, cela a conduit à un effet dévastateur allant jusqu'à une certaine démotivation de l'ensemble de l'équipe à l'époque... qui du coup ne voulait plus revivre ça...

Voilà pour aujourd'hui... La suite au prochain épisode :)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire